Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog politique d'Arnaud de Bourrousse

Présidentielle 2012 : Les réformes, c'est maintenant !

16 Avril 2012, 08:52am

Publié par arnaud-de-bourrousse.net

Presidentielle-2012.jpgAlors  que nous traversons une crise économique et financière sans précédent depuis la 2nde guerre mondiale, le déni de réalité s’est totalement banalisé dans le discours des candidats à l’élection présidentielle, démontrant une faillite intellectuelle sidérante.


Les réformes essentielles évincées du débat électoral.

 

Face à une situation de quasi faillite de l’Etat, dans le sillage de la Grèceles principaux postulants à la fonction suprême rivalisent de propositions aussi démagogiques que non finançables, évinçant ainsi du débat le principal enjeu du prochain quinquennat : la réduction des dépenses publiques. 

 

C’est, au mieux, le signe d’une improvisation permanente, et au pire, le révélateur de la médiocrité des candidats.

 

Compte tenu de notre endettement et de nos insoutenables déficits publics, il est absolument consternant qu’aucun d’entre eux ne se soit engagé, entre autres, à réduire drastiquement le millefeuille administratif français par la suppression des départements, la fusion d’une grande partie des communes et de certaines régions, etc...


Les PME oubliées...comme d'habitude

 

Par ailleurs, nos entreprises, pourtant principales créatrices de richesse pour notre pays, sont, pour l’heure, les grandes oubliées du débat national. Les multinationales du CAC 40 sont au centre des débats alors que le développement des PME, des ETI (entreprise de taille intermédiaire), et des entreprises innovantes françaises conditionne la croissance de demain.

De même, le coût du travail est occulté, bien qu’il soit au cœur de la problématique de la compétitivité de nos entreprises.

Enfin, l’instabilité permanente et la totale illisibilité du cadre fiscal français, créent un désavantage compétitif flagrant que tous se proposent d’aggraver.


Les français méritent-ils de tels candidats irresponsables ?

 

Ignorer ces différents enjeux constitue une sérieuse entorse au contrat démocratique censé lier notre classe politique aux Français. De plus, nos compatriotes craignant légitimement le déclassement issu d’une mondialisation difficilement acceptée et insuffisamment régulée, accentuée par des flux migratoires non maîtrisés, la fracture avec nos dirigeants politiques nationaux n'en est que plus profonde.

 

Les hommes politiques, de droite comme de gauche, ayant gouverné la France depuis le milieu des années 70, portent la lourde responsabilité de l’état catastrophique de notre pays. L’absence de renouvellement, la « consanguinité » et la corruption des idées de notre classe politique, ont crée les conditions d’un chaos économique,financier et social sans précédent.

 

La politique de l’autruche, telle que je viens de la décrire, totalement irresponsable en pareille circonstance, ne pouvait donc pas me conduire à soutenir tel ou tel candidat. C’est la raison pour laquelle, en accord avec les élus de la majorité municipale de Carrières-sur-Seine, je n’ai donné mon parrainage à aucun d’entre eux.


Le mensonge électoral sera-t-il encore payant ?


Sans trop d’illusions, je forme néanmoins le vœu que dans les derniers jours de la campagne, les véritables  enjeux soient enfin exposés aux Français, et que cesse l’avalanche de propositions fantaisistes,  démagogiques et malhonnêtes, destinées à endormir la vigilance de l'électeur.

Il y a urgence !

Urgence, car ces enjeux essentiels, soigneusement occultés par les candidats en mesure de l'emporter,incapables de dire la vérité aux Français, reviendront très vite, tel un boomerang, après les élections, et s’imposeront au gouvernement issu des urnes.

Les gouvernements des pays voisins ont choisi une option politique radicalement inverse envers leurs peuples, en  affrontant les difficultés avec transparence et courage, permettant ainsi la mise en œuvre des réformes nécessaires.


Le redressement est-il encore possible ?

 

À son tour, la France a besoin d’un discours de vérité, pour que les réformes structurelles, systématiquement esquivées, soient enfin réalisées. Ces réformes conditionneront notre rétablissement, nécessairement lent, et le retour d’une croissance économique créatrice d’emplois et de richesses.

Et sans création de richesses, aucune politique de redistribution ne sera possible.

 

Nous approchons du point de rupture, le redressement est encore possible mais cela nécessite une réaction immédiate, du courage, et un projet politique clair offrant une perspective et une trajectoire aux Français. Nous en sommes loin…

Commenter cet article