Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Blog politique d'Arnaud de Bourrousse

Budget : l'Etat ruine la Ville

7 Juin 2016, 16:04pm

Publié par arnaud-de-bourrousse.net

Carrières Magazine 80
Carrières Magazine 80

Juste après les élections municipales de mars 2014, le gouvernement socialiste a annoncé, dans le cadre du programme de stabilité 2014-2017, « un effort d’économies de 11 milliards d’euros pour les collectivités territoriales », concrétisé par une réduction draconienne de la Dotation Globale de Fonctionnement (DGF) allouée par l’État.

Cet effondrement de la DGF, inédit par sa brutalité et son ampleur, a été de surcroît aggravé par le transfert de nouvelles dépenses imposées par l’État : réforme des rythmes scolaires, augmentation mécanique de la masse salariale de la Ville consécutive à des réformes du mode de rémunération des agents publics, amendes pour non-respect du taux de 25 % de logements sociaux, et quadruplement du Fonds de Péréquation des ressources Intercommunales et
Communales reversé par les communes considérées comme riches aux villes défavorisées.

À ce hold-up de l’État sur les finances de notre Ville s’est ajoutée, en début d’année, la suppression radicale par le Département des Yvelines de subventions pour les crèches, le Conservatoire de musique et l’École municipale des sports et du versement du Fonds Départemental de Péréquation de la Taxe Professionnelle.

Enfin, comme si cela ne suffisait pas, l’État a annoncé le 17 mars une revalorisation à visée électoraliste du point d’indice des fonctionnaires. La Ville connaîtra donc, dès l’année prochaine, une perte de ressources non plus de 2,5 millions d’euros, comme nous l’annoncions dans le Carrières Magazine 78 de septembre 2015, mais de 3,8 millions d’euros, chaque année, sur un budget de fonctionnement d’environ 19 millions d’euros, soit 20 % de ressources amputées.

En se rendant coupable d’un tel saccage des finances de la Ville, l’État enterre définitivement l’autonomie financière des collectivités locales pourtant inscrite dans l’article 72 de notre Constitution.

Si j’adhère sans réserve à l’objectif de réduction de la dépense publique, l’exemplarité et la réflexion stratégique doivent venir du gouvernement, surtout quand de tels efforts sont exigés, et que leurs conséquences seront désastreuses pour les PME bénéficiaires à 65 % (1) de la commande publique en provenance des collectivités territoriales.
Or, notre Président de la République n’a rien trouvé de plus sensé, à l’occasion du dernier remaniement gouvernemental, que de créer un secrétariat d’État à l’Égalité réelle !

Et un an après leur élection, les Conseillers Départementaux des Yvelines ont décidé d’augmenter la part départementale de la taxe foncière de 66 %.
Nos élites politiques ont perdu tout contact avec la réalité et le quotidien des Français.

Au contraire, dans cette situation d’extrême adversité, notre équipe fait le choix, renouvelé depuis 2008, de ne pas augmenter le taux communal des impôts locaux, et d’accentuer, sans gaîté de cœur, la rigueur de notre gestion, comme cela est détaillé dans ce magazine.

(1) http://www.economie.gouv.fr/files/files/directions_services/daj/marches_publics/oeap/recensement/place_pme_dans_mp_2013.pdf

Commenter cet article

kif 10/07/2016 20:50

des alcooliques je dirais surtout .

kif 10/07/2016 20:49

Ce n est ni plus ni moins une dictature qui se casse la gueule .
ayant enfoncé le christiannisme et la monarchie :bref des clochards à retardement cloués sous les dettes qui gouvernent ou plutot enfoncent la France .